apostasie

apostasie

apostasie [ apɔstazi ] n. f.
• 1250; lat. ecclés. apostasia, mot gr.
1Théol. Abandon de la foi et de la vie chrétiennes. abjurer, renier (sa foi).Par ext. Renonciation aux vœux.
2(1687) Fig. Abandon (d'une doctrine, d'un parti). reniement.
⊗ CONTR. Conversion.

apostasie nom féminin (bas latin apostasia, du grec apostasia, abandon) Abandon volontaire et public d'une religion, en particulier de la foi chrétienne. Pour un prêtre ou un religieux, abandon de l'état sacerdotal ou de la vie religieuse sans avoir obtenu les dispenses canoniques. Renonciation publique à une doctrine, à un parti. ● apostasie (synonymes) nom féminin (bas latin apostasia, du grec apostasia, abandon) Abandon volontaire et public d'une religion, en particulier de la...
Synonymes :
Contraires :
Pour un prêtre ou un religieux, abandon de l'état sacerdotal...
Synonymes :
- désertion

apostasie
n. f.
d1./d THEOL Abandon public d'une religion au profit d'une autre.
d2./d Fig. Reniement.

⇒APOSTASIE, subst. fém.
A.— RELIG. Renonciation publique à une confession, plus particulièrement abandon de la foi (chrétienne) :
1. L'apostasie de perfidie ou de la foi est celle dont un fidèle se rend coupable en quittant la religion catholique. (...). L'apostasie de désobéissance avait lieu lorsqu'on méprisait l'autorité du souverain pontife ou des canons.
ST-EDME t. 1 1824, s.v. apostat.
2. [L'abbé] se maria pour avoir la paix. Et qu'on ne l'accuse pas d'apostasie!
Marquis DE FONGERAY, Les Soirées de Neuilly, t. 1, 1827, p. 6.
3. Son souci [de J.-J. Rousseau] évident est de se justifier de ces successives apostasies que lui reprochaient, vers 1765, ses anciens amis, les encyclopédistes. « Cet homme faux est hypocrite et méchant, prononce Diderot : toutes ses apostasies du protestantisme au catholicisme, et du catholicisme au protestantisme, sans rien croire, ne le prouvent que trop. »
GUÉHENNO, Jean-Jacques, En marge des « Confessions », 1948, p. 40.
Par personnification :
4. ... il [Luther] croyait ouïr, la nuit, des noisettes se heurter dans un sac, et entendre un grand bruit sur les marches d'un escalier que fermaient des chaînes et une porte de fer : c'était l'Apostasie qui revenait.
CHATEAUBRIAND, Essai sur la litt. angl., t. 1, 1836, p. 147.
[Pour un prêtre ou un religieux] Renonciation à ses vœux (et accessoirement aux particularités de son état, comme le port de l'habit, etc.). ,,L'apostasie d'irrégularité ou de religion se commettait par un religieux, lorsqu'après avoir fait des vœux dans un ordre approuvé, il quitta l'habit et la vie religieuse; il se trouvait excommunié par ce fait seul; ...`` (ST-EDME t. 1 1824, s.v. apostat) :
5. ... c'était mon ancien maître, le Père Joursanvault. Une méchante veste avait remplacé sa soutane (...). Son visage suait la haine et l'apostasie.
A. FRANCE, L'Étui de nacre, Mémoires d'un volontaire, 1892, p. 221.
B.— P. anal. Trahison, reniement, abandon d'une doctrine, d'un parti, etc. :
6. Car, pour Charles, toutes les autres trahisons de conscience, tous les reniements de foi politique et religieuse n'étaient que des peccadilles auprès de l'apostasie littéraire. — Il mériterait... il mériterait de lire tous les gens qu'il loue! ...
E. et J. DE GONCOURT, Charles Demailly, 1860, p. 238.
Rare. Apostasie à qqc. Renonciation, par reniement, à quelque chose :
7. Son génie [de Béranger], éminemment plébéien d'accent, quoique aristocratique d'élégance, était républicain comme son âme. L'Empire aurait dû le soulever comme la grande apostasie de l'armée à la République.
LAMARTINE, Nouvelles Confidences, 1851, p. 313.
PRONONC. :[apostazi]. PASSY 1914 note une durée mi-longue pour la 3e syllabe du mot. Pour FÉR. 1768 et FÉR. Crit. t. 1 1787, la 4e est longue (cf. aussi LAND. 1834 et GATTEL 1841).
ÉTYMOL. ET HIST. — 1. Ca 1250 relig. « abandon public d'un état religieux » (Statuts d'Hôtels-Dieu, 93, [Le Grand] ds QUEM. : S'aucuns estoit ordeneis en apostasie, jamais a nul jour n'en porroit user de cele ordene, s'il n'estoit dispenseis de l'auctorité l'apostole); 2. ca 1389 « abandon public de sa religion » (MAIZ., Songe du vieil pel., III, 125, Ars. 2683 ds GDF. Compl. : L'apostasie de Julien); 3. 1636 (MONET, Invantaire des deux langues françoise et latine : Apostasie, desertion d'Ordre Religieus); 4. p. ext. 1687 « abandon, d'un devoir, d'un principe, d'une doctrine, d'un parti » (FÉNELON, De l'Education des filles, c, 8 ds Dict. hist. Ac. fr. : Rappeler le monde malgré des promesses solennelles faites à Dieu, c'est tomber dans une espèce d'apostasie).
Empr. au lat. apostasia « action de se détourner de Dieu, de renier Dieu », IRÉNÉE, 1, 3, 3 ds TLL s.v., 252, 50 : hanc... passionem... significari dicunt par apostasian Iudae; lui-même empr. au gr. au sens 4 dep. DENYS D'HALICARNASSE, 7, 1 ds BAILLY d'où Actes des Apôtres, 21, 21 et II Thess. II, 3 au sens 1.
STAT. — Fréq. abs. littér. :84.
BBG. — Archéol. chrét. 1924. — BACH.-DEZ. 1882. — Bible 1912. — BOUILLET 1859. — BOUYER 1963. — Foi t. 1 1968. — LAVEDAN 1964. — MARCEL 1938. — Pol. 1868. — RITTER (E.). Les Quatre dict. fr. Rem. lexicogr. B. de l'Inst. nat. genevois. 1905, t. 36, p. 349. — ST-EDME t. 1 1824. — Théol. Cath. t. 1, 2 1909.

apostasie [apɔstazi] n. f.
ÉTYM. V. 1250; du lat. ecclés. apostasia, mot grec, « abandon ».
1 Théol. Abandon de la foi et de la vie chrétiennes. Abjuration, renonciation.
1 Or l'apostasie d'un chrétien par la crainte de la mort, toute criminelle qu'elle est, est l'effet d'une violence étrangère; au lieu que le désordre de l'impudique vient d'une pure infidélité.
Bourdaloue, Sermon pour le dimanche de la IIIe semaine, Sur l'impureté, II.
Spécialt. Action d'un prêtre, d'un religieux qui renonce à ses vœux.
2 J'ai quitté mon habit, Monsieur, ce qui est une manière d'apostasie (…)
France, Les dieux ont soif, p. 62.
2 (1687). Fig. Abandon (d'une doctrine, d'une opinion, d'un parti). Reniement.
2.1 Charles fut emmené par M. Grandet au tribunal de première instance (…) pour y signer une renonciation à la succession de son père. Répudiation terrible ! Espèce d'apostasie domestique.
Balzac, Eugénie Grandet, éd. 1838, p. 253.
3 Le mariage serait pour moi une apostasie qui m'épouvante.
Flaubert, Correspondance, t. II, p. 19.
4 C'est pourquoi, dit-il, le révisionnisme soviétique est une (…) apostasie. La traductrice a trouvé le mot : apostasie, presque tout de suite. Élevée par les sœurs ?
Malraux, Antimémoires, Folio, p. 551.
Rare. || Une apostasie à qqch.
CONTR. Conversion.
DÉR. Apostasier. — V. Apostat.

Encyclopédie Universelle. 2012.

См. также в других словарях:

  • apostasie — Apostasie. s. f. Desertion de la vraye foy, ou d un Ordre Religieux. Il est tombé dans l apostasie. il est revenu de son apostasie …   Dictionnaire de l'Académie française

  • apostasie — APOSTASIE. s. f. Abandon public d une Religion pour une autre. Il se prend en mauvaise part, et se dit plus particulièrement De la Religion Chrétienne. Tomber dans l Apostasie. Il se dit aussi d Un Religieux qui renonce à ses voeux et à son habit …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Apostăsie — (v. gr.), 1) Abfall, Abtrünnigkeit; bes. 2) Abfall von dem religiösen Bekenntniß, jetzt bes. innerhalb der christlichen Kirche, während man die vom Christenthum zum Islam übergehenden Renegaten nennt (vgl. Proselyt). Die A. wurde in der alten… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Apostasīe — (griech.), öffentliche Lossagung von der christlichen Kirche. Die Kirche straft die A. mit Exkommunikation. Im spätern römischen Staat und im Mittelalter wurde A. auch als bürgerliches Verbrechen bestraft und seit Bonifacius VIII. der Ketzerei… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Apostasie — Apostasīe (grch.), Abfall bes. vom christl. Glauben, vom der kath. Kirche mit schweren Kirchenstrafen bedroht; Apostāt, Abtrünniger …   Kleines Konversations-Lexikon

  • apostasie — APOSTASÍE s.f. v. apostazie. Trimis de cata, 07.03.2004. Sursa: DEX 98 …   Dicționar Român

  • apostasie — Apostasie, Apostasia, Defectio …   Thresor de la langue françoyse

  • Apostasie — Sur les autres projets Wikimedia : « Apostasie », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) L apostasie (du grec ancien ἀπόστασις (apostasis), « se tenir loin de ») est l attitude d une personne, appelée un apostat,… …   Wikipédia en Français

  • Apostasie — Der Ausdruck Apostasie (altgriechisch αποστασία apostasía ‚Abfall‘; von ἀφίσταμαι aphistamai ‚abfallen‘, ‚wegtreten‘)[1] bezeichnet die Abwendung von einer Religion durch einen förmlichen Akt (beispielsweise Kirchenaustritt oder Übertritt zu… …   Deutsch Wikipedia

  • Apostasie — Abfall vom Glauben * * * ◆ Apo|sta|sie 〈f. 19〉 Abfall (vom Glauben) [<grch. apostasia „ab, weg“ + stenai „stehen“] ◆ Die Buchstabenfolge apo|st... kann in Fremdwörtern auch apos|t... getrennt werden. Davon ausgenommen sind Zusammensetzungen,… …   Universal-Lexikon


Поделиться ссылкой на выделенное

Прямая ссылка:
Нажмите правой клавишей мыши и выберите «Копировать ссылку»